Ibiza

1/5/2018

Ibiza = une destination idéale pour 3-4 jours

Vous ferez facilement le tour de l’île et vous découvrirez les meilleurs spots

Si la musique vous attire attendez fin mai c’est le début de la saison

Les prix sont doux et les hébergements même dans les plus beaux hôtels proposent des tarifs plus accessibles.

Attention dès fin mai les prix augmentent de façon considérable – 1 semaine pour une maison bord de mer 3 chambres = 1000€ ET 3000 € en juillet Home away

Il vaut mieux savoir parler espagnol ou anglais !

Début mai l’eau de la mer est froide et l’eau des piscines non chauffées aussi !

Il fait beau MAIS un petit vent frais, les journées et la plage sont très agréables à partir de 13h

Ce que j’ai adoré :

Cala Comte = une très jolie plage très préservée ce qui n’est pas le cas partout

(Des bords de mer sont parfois défigurés avec des immeubles à flanc de colline)

La campagne Ouest et Nord est superbe . 

J’ai adoré Les portes du ciel , un point de vue bord de mer après Santa Agnès – Laissez la voiture et allez marcher – Des villas haciendas + des champs d’oliviers + plein de fleurs odorantes sur le bord de la route

J’ai adoré la paëlla de Chez Carmen et de Casa Manolo – Je vous recommande la paëlla décortiquée = c’est un pur régal et on ne se salit pas les doigts

Les vins espagnols sont bons mais charpentés ! et forts en degré

J’ai adoré Santa Gertrudis, un petit village préservé – quelques jolies boutiques et à proximité Sluiz un immense entrepôt, ne vous faîtes pas avoir avec les « chinoiseries » et choisissez plutôt « la couleur locale »

J’a adoré le mélange des âges, des familles, des célibataires et une douceur de vivre sans ectasy – comme des réminiscences à des valeurs hippies = prendre le bon côté de la vie = carpe diem = la nature est belle = sensualité = romantisme

J’ai adoré le coucher de soleil, prévoir un apéro sur la plage ente 18h et 21 h et de bons pulls

J’ai adoré la gentillesse des locaux, l’histoire et la visite de la ville haute patrimoine mondial de l’humanité

j’ai adoré la proximité de tout, les tomates cerise et le fromage de brebis des producteurs locaux

J’ai moins aimé le manque d’harmonie de ces immeubles laids, trop nombreux pour ces 3 millions de touristes qui débarquent chaque année – ce doit être un enfer l’été et beaucoup de bouchons … 

On a du mal à imaginer ces criques et plages qui doivent être bondées …

J’ai moins aimé le manque de respect de certains endroits de l’ile sales et mal entretenus

J’ai moins aimé ces arrières cours avec des appartements bondés et peu d’espace pour ces familles contre l’opulence de certaines villas

J’ai moins aimé ces supermarchés mal achalandés avec peu de productions locales

MAIS IBIZA il faut y aller au moins 1 fois pour un long week-end !!!

On y retournera peut-être !!

1/5/2018

La ville haute d’Ibiza est le nom populaire sous lequel est connue la partie haute de la ville historique d’Ibiza dans l’île d’Ibiza (Îles BaléaresEspagne). Depuis 1999, elle est inscrite, au Patrimoine mondial de l’Unesco

Les murailles de la ville furent construites au XVIe siècle sous Charles Quint pour la protéger des attaques des Turcs. Quarante ans furent nécessaires pour en achever la construction

La porte principale, près du Vieux Marché, est la « Porte des Tables » (Portal de ses Taules). Elle est flanquée de deux statues romaines et est protégée par un pont-levis

La vieille ville d’Ibiza est d’origine phénicienne.

Dès cette époque, elle a toujours été un point stratégique pour le contrôle de la Méditerranée occidentale, d’où ses importantes fortifications.

·       Le château Almudaina (Castell Almudaina), ancien château arabe, devenu résidence des trois seigneurs de l’île ;

·       La Pabordia, ancien palais épiscopal, aujourd’hui occupée par les archives diocésaines ;

·       La cathédrale de Santa Maria (Catedral de Santa Maria) ;

·       La Chapelle de Sant Salvador (Capella de Sant Salvador), de la confrérie des mariniers et des bateliers, aujourd’hui occupé par le musée archéologique ;

·       La Chapelle de l’Espérance (Capella de l’Esperança), de la confrérie des tisserands ;

·       Le Couvent de Saint Dominique (Convent de Sant Domènec), aujourd’hui occupé par a mairie ;

·       Le Couvent des moines fermés (Convent de ses Monges Tancades) ;

·       Les maisons seigneuriales : Can Comasema (auparavant Can Llaudis), Can Balanzat, Can Fajarnés, Casa Gota-redona.

C’est superbe

Nous dévalerons la ville sous des trombes d’eau !!! Le charme est là, cette partie de la ville rassemble de magnifiques maisons, tout est bien restauré et la magie opère !

30/4/2018

Ibiza, le paradis Flower Power

Dans les années 60-70, Ibiza était au même titre que San Francisco, Goa et Katmandu, une destination immanquable des pérégrinations des hippies dans leur quête du bonheur.

Bien avant l’arrivée des communautés hippies à Ibiza à partir des années 50, l’île constituait un havre de paix pour les artistes et politiciens qui fuyaient la dictature de Franco dans les années 30.

le mouvement flower power ibicenco a rapidement pris de l’ampleur, une fièvre qui s’est également transmise

C’est grâce au mouvement hippie que les premiers et les mythiques discothèques ibicencas ont vu le jour, elles étaient alors une forme évoluée des fêtes improvisées.

l’île magique par les hippies, Ibiza a agi comme un véritable aimant sur les plus grands artistes qui adhéraient alors à ce mouvement tel Bob Dylan, sans bien sûr oublier le mythique groupe Pink Floyd.

Aujourd hui nous sommes allés à Santa Agnès et ensuite aux « Portes du ciel » un point de vue incroyable !

Je touche presque le caillou d’en face !

Nous marchons dans la campagne c’est un pur délice, les maisons ressemblent à des haciendas et la nature est ocre, fleurie avec toujours des murs de pierre et des cultures en terrasse.

Nous essaierons de prendre un verre à la Ganja, un hôtel dans les terres où l’accueil fut mitigé et nous devons repartir  » you must call us 24 hours before! »

Nous irons Cala salada, franchement plutôt pour les touristes !

Nous continuons notre découverte, traversons San Josep et je me demande comment les insulaires vivent cette invasion estivale . Partout des annonces pour la saison qui se prépare, les soirées jusqu’au petit matin …

Demain visite de « la ville haute » patrimoine mondial de l’humanité

29/4/2018

A Ibiza, chaque plage est un peu un univers avec sa particularité, sa notoriété. Il y en a de toutes sortes. Chacune a son histoire, ses caractéristiques physiques, ses rochers, ses paysages, son eau, sa lumière, etc.

Selon l’ambiance et selon votre humeur, vous fréquenterez plus particulièrement telle ou telle plage.

 Le choix est difficile car à Ibiza il y a plus de 56 plages accessibles en voiture. Imaginez le dilemme !

En fait il doit y avoir 2 Ibizas – l’un pour la foule et les plages bondées et l’autre pour ceux qui ont des bateaux et débarquent dans des criques.

Nous avons déjeuné Plage San Miguel : sardines, calamars, gambas grillées . Une bonne sieste dans un transat et nous partons vers le nord.

C’est magnifique LE NORD , les territoires des terres du  sud que j’aime, ça ressemble au Lubéron qui m’a fait grandir que j’ai adoré.

C’est sauvage, moins de maisons mais époustouflantes. Quelques spots sur des plages et nous finissons la journée avec un apéro improvisé et un coucher de soleil romantique le long de la plage.

28/4/2018

Avec plus de trois millions de touristes en 2016, Ibiza est une destination de plus en plus prisée. Mais cet afflux de visiteurs a provoqué une flambée du prix des locations.

Un phénomène lourd de conséquences pour les habitants de cette île des Baléares ainsi que pour les travailleurs saisonniers.

La première impression c’est la surprise :

rien de peigné léché c’est même très moche et cette île est faite de paradoxes :

Nous démarrons par un petit-déjeuner dans un très bel hôtel à côté de l’aéroport mais en face d’Ikea sur les docks affreux et face à la ville haute patrimoine mondial de l’humanité.

Nous décidons de partir sur la côte ouest et de découvrir plusieurs plages et de nous rendre à l’adresse de Mme SIXT notre loueur de voiture, de camion plutôt : Carmen. 

Un restaurant en bord de mer dans une crique typique avec les garages à barques.

Nous précédons une noce joyeuse, tous les invités sont en blanc et nous nous régalons de THE paella

Une petite sieste  sur la plage et nous arrivons sur Cala Comte= un spot formidable avec une eau transparente mais fraîche.

On réalise notre chance car il n’y a personne ou peu de monde et nous imaginons l’enfer bruyant de la foule dans cet endroit magique où la nature est si belle et si puissante.

Nous traversons l’île pour aller à Santa Gertrudis de Fruitera et c’est un ravissement : la campagne est un mix de Sicile, Toscane et Lubéron. Beaucoup de cultures en étages car les habitants de l’île ne perdaient pas un m2 pour cultiver cette terre qui les nourrissait.

Santa Gertrudis est un village charmant et son église est pleine de charme.

Nous monterons sur le roof du plus bel hôtel puis nous irons à la sortie de la ville à l’entrepôt Sluiz : j’y achèterai des lettres en bois . C’est immense et c’est un mélange de déco-vêtements.

Nous repartons pour un dîner chez Casa Nostra recommandé par notre hôtel

Un temps ensoleillé, un petit de vent et une découverte d’une île étrange.

26/4/2018

Petit bagage – température annoncée 20° – on prend !

Ibiza = la plus bohème des îles méditerranéennes – codes vestimentaires = Tout !

C’est l’ile des amoureux en mai-juin, des restaurants dans les criques, un temps clément, une nature éclatante = hâte d’y être.

La vieille ville d’Ibiza est classée Patrimoine mondial de l’Unesco – C’est Dalt Vila (la ville haute)

Départ samedi 6heures du matin !

28/4/2018

A venir… les récits de notre voyage à Ibiza !!!

Ibiza est une île des Baléares, archipel espagnol de la Méditerranée.

Elle est célèbre pour sa vie nocturne animée en centre-ville et à Sant Antoni, où les principales boîtes de nuit d’Europe ont des antennes l’été.

Ibiza (catalan : Eivissa) est la plus grande des îles Pityuses et l’une des quatre îles habitées de l’archipel des Baléares.

Ibiza, île historiquement pauvre, marquée autrefois par l’isolement, a connu un prodigieux essor touristique au XXe siècle et affirme au début du XXIe siècle une identité « festive, multiculturelle, ludique et cosmopolite »

La population d’Ibiza croît encore fortement grâce à l’installation définitive de résidents d’origine espagnole ou étrangère, elle compte officiellement en 2010 132 637 habitants.

Ibiza est caractérisée par un climat méditerranéen doux, sec et très ensoleillé

Au début des années 1970, la jet-set fait aussi irruption. Une société interlope riche, jouant parfois ostensiblement la carte d’un style hippy chic et mondain « de plástico » se lance dans des fêtes extravagantes.

Dans les années 1990, la fréquentation touristique varie de 1,5 million à 2 millions

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s